Vendre à l’international : Lost in translation… ou pas !

Mathilde Gadret

Publié : 11 avril 2014
Par :

2 commentaires

Vendre à l'international Le grand blog de la vente

En tant que responsable du développement d’Halifax en Amérique du Sud, basée au Chili, vous ne serez pas étonnés si ma première contribution  au Grand Blog de la Vente porte sur la vente à l’international.

Mais pour ce premier article, je ne vous parlerai pas du Chili. Je vais plutôt partager avec vous ma première expérience commerciale à l’international et bien sûr les enseignements que j’en ai tirés.

 

Je vais revenir quelques années en arrière et vous raconter mon tout premier voyage commercial au Japon pour l’implémentation d’un projet corporate, pour le compte du grand groupe pharmaceutique pour lequel je travaillais à l’époque. Il s’agissait d’une nouvelle plateforme commerciale, qui avait été testée avec succès dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis. Le Japon était donc notre prochain projet.

Vendre à l'international - Japon - Le grand blog de la vente

Mes collègues et moi avions eu la chance d’être ‘briefés’ à l’avance sur des éléments de contexte (système de santé japonais, ‘habitudes de prescription’ des médecins, activités des délégués médicaux…) ainsi que sur les différences culturelles auxquelles nous pouvions nous attendre (par exemple, le rituel de la carte de visite, le fait qu’on soit appelé par son nom de famille suivi de « San » en signe de respect, le fait qu’il ne faille pas parler fort ou montrer ses émotions…).

Nos vidéoconférences de préparation avec l’équipe projet locale s’étaient très bien déroulées. Nous arrivions donc confiants à Osaka, et durant les deux jours que nous allions passer sur place, nous comptions bien présenter le projet aux décideurs Japonais et préparer avec leurs équipes l’implémentation locale.

Le Jour J : Nous nous installons dans la salle de réunion. Les équipes de traduction simultanée sont en place… bizarre… les personnes que nous avions eues au téléphone – Asako, Taeko et Ikake – qui parlaient toutes anglais sont introuvables.

Nous sommes face à un parterre 100% masculin, portant tous le même costume impeccable et observant nos moindres faits et gestes. Nous avons préparé nos cartes de visite, le tour de table des présentations commence. Nos interlocuteurs japonais sont tous des directeurs (nous comprenons grâce à la traduction simultanée et surtout au ton employé par les traductrices – qui elles sont toutes des femmes – que les hommes que nous avons en face de nous ont beaucoup de pouvoir et sont très respectés). Ils se présentent et prennent notre carte de visite des deux mains, en nous regardant droit dans les yeux, puis ils la posent devant eux.

Le ton est donné, très formel et très solennel, la présentation débute. Les traductrices nous demandent de parler très lentement pour qu’elles aient le temps de traduire. Au bout de 20min de présentation, je me rends compte que la moitié de l’audience a les yeux fermés… sont-ils assoupis ? C’est vrai qu’on vient juste de déjeuner mais quand-même… de temps à autre, l’un d’entre eux semble se réveiller puis replonger immédiatement dans sa torpeur.

40min plus tard, la présentation achevée, un peu soulagés, nous donnons la parole au groupe pour des questions. Nous nous attendons à des demandes de détails sur l’implémentation ou les résultats dans les pays pilotes. Rien, pas une question. Nous essayons donc de les provoquer un peu. « Est-ce que tout était bien clair ? » « Comment trouvez-vous le projet ? » «  Quelle est votre vision de l’implémentation de ce projet au Japon ? » mais toujours pas de réponse. Au bout de quelques minutes de silence, une question est posée : pas à nous, mais à un autre membre du groupe. Immédiatement, elle génère un vif débat entre les participants. Malheureusement, nous ne saurons pas ce qu’il en retournait, car les traductrices ont ‘omis’ de traduire ce passage. Et quand à la pause, nous avons demandé aux traductrices, elles se sont contentées de nous répondre : « ils ont dit qu’ils étaient d’accord ».

Le plus ‘gradé’ de l’auditoire a mis fin à la session. Il nous a remerciés pour notre présentation et nous a annoncé qu’il allait se réunir avec son équipe pour en discuter.

Voilà, c’était fini, nous étions renvoyés dans notre chambre d’hôtel.

Le lendemain nous devons rencontrer l’équipe projet, celle en charge de l’implémentation. C’est le cas, mais nous rendons compte rapidement que nous n’irons nulle part. Le cadre du projet n’est pas clair, manifestement nos interlocuteurs attendent les décisions de leur management.

Nous repartons donc du Japon sans avoir atteint aucun de nos objectifs, mais sans vraiment comprendre pourquoi : nous avions appliqué les mêmes méthodes que lors des pilotes en Europe et aux Etats-Unis, tout en tenant compte des spécificités du marché japonais…

Voilà tout ce que nous comprendrons beaucoup plus tard :

Nos ‘contacts’ préliminaires au Japon n’étaient en fait que des assistantes. C’est uniquement parce qu’elles parlaient anglais qu’elles avaient préparé la réunion avec nous. Mais en fait elles n’ont aucun pouvoir décisionnaire et ne font même pas partie de l’équipe d’implémentation. De plus ce sont des femmes, donc si elles veulent un jour espérer accéder à un poste à responsabilité, elles devront faire deux fois plus d’efforts qu’un homme. La société japonaise est très masculine et le taux d’activité féminine est bas. Nous aurions donc dû nous méfier de n’être en contact qu’avec des femmes avant la réunion.

Nos interlocuteurs ne posent pas les cartes de visite dans n’importe quel ordre… car ils ont tous le même : les directeurs en premier, puis les chefs d’équipe, puis les chefs de projet. S’ils ont véritablement besoin de précisions ils ne demanderont qu’à notre chef.

Fermer les yeux est pour eux un moyen de se concentrer sur le speech du présentateur. Ils ne dorment pas du tout, ils écoutent TRES attentivement et notent mentalement chaque détail.

Les traductrices nous diront à la sortie que malgré nos efforts pour suivre un rythme de parole fortement ralenti, elles n’auront pu traduire que le tiers de nos propos… nous espérons que ce soit le bon tiers…

Dans la culture asiatique et japonaise en particulier, perdre la face est très grave. De plus, il est très mal vu de dire ‘non’, de montrer ouvertement son désaccord. Donc, montrer aux présentateurs que leur présentation peut générer un débat interne, sur lequel les japonais ne sont pas d’accord, est inenvisageable… d’où la réaction des traductrices : « ils sont d’accord. Pas de question.»

Les Japonais ne prennent JAMAIS une décision à chaud et JAMAIS sans avoir obtenu le consentement de toute l’équipe et éclairci TOUS les doutes.  Plus de 2 semaines après notre passage, nous avons reçu un mail d’environ 5 pages, listant toutes les questions qu’ils avaient suite à notre présentation. Cela nous a permis de constater qu’ils avaient été très attentifs durant la présentation…

Nous avons envoyé une réponse détaillée à notre tour, puis avons attendu leurs réactions. Après plusieurs échanges et certainement de longues réunions au Japon, le ‘oui’ définitif est arrivé presque deux mois après notre visite. Nous pensions donc être en retard sur notre planning, car nous avions ‘perdu’ plus d’un mois et demi. Mais dans la mentalité japonaise, ce temps-là n’est pas perdu… les allers retours et questions-réponses en amont permettent une implémentation beaucoup plus rapide… et ça a été le cas. Nous sommes retournés au Japon, cette fois-ci une semaine, pour travailler dans le détail avec l’équipe implémentation. Tout avait été prévu et décanté en amont… Une fois la décision prise et la direction donnée par le top management, l’implémentation au Japon a été la plus rapide que nous ayons jamais connue pour ce projet dans le monde…

 

Cette anecdote un peu extrême  – la culture japonaise est certainement une des plus éloignée de la nôtre – a au moins le mérite de nous montrer à quel point des différences culturelles, reflétées dans des méthodes de travail et un savoir-faire différents, peuvent bouleverser nos repères et faire échouer un projet.

Aujourd’hui, dans une économie globalisée, les commerciaux de grands groupes sont fréquemment confrontés à des situations commerciales – internes ou externes – dans des environnements multiculturels.

Bien évidemment, on ne peut pas tout connaître sur toutes les cultures, donc on fera forcément des erreurs à un moment ou à un autre. Nos interlocuteurs le savent et nous pardonneront… à moins de commettre un impair très grave.

Cependant, il y a quelques règles de base que l’on peut appliquer et qui nous aideront toujours à nous préparer à ce type de situations.

Voici quelques pistes de réflexion et conseils pour vous préparer au mieux à ces échanges interculturels :

Préparer, préparer, préparer :

Vendre à international Préparer Le Grand Blog de la Vente

C’est vrai pour n’importe quel projet commercial, mais encore plus dans un environnement interculturel. Bien sûr renseignez-vous sur les spécificités culturelles de vos interlocuteurs, leurs façons de travailler, les environnements locaux. N’hésitez pas à envoyer des documents à l’avance, à faire réagir en amont pour ‘tâter le terrain’. Vous pourrez analyser les réactions et obtiendrez par là des informations sur le niveau de maturité, la motivation, l’expérience et les façons de travailler de votre interlocuteur.

Organisez-vous de façon à privilégier le face à face : quand il y a différence culturelle, la communication est plus compliquée qu’à l’accoutumée… encore plus s’il faut communiquer dans une langue qui n’est pas la sienne… donc le face à face est toujours mieux que la vidéoconférence, qui elle-même est mieux que le téléphone… cela vous permettre d’analyser le langage non-verbal en plus des mots, et donc de décoder beaucoup plus de réactions de votre interlocuteur !

Préparez-vous en fonction d’un calendrier réaliste. Il s’agit de se donner du temps : d’abord convaincre, puis implémenter, ensuite mesurer… il faut être patient et valider chaque étape avant de passer à la suivante… encore plus que pour un projet classique.

 

Soigner sa communication :

Vendre à l'international COMMUNIQUER Le grand blog de la vente

Soyez concis, surtout lorsqu’il y a une traduction en jeu : concentrez-vous sur les quelques messages que vous voulez que votre audience retienne… ne vous perdez pas dans des détails trop compliqués… vous allez perdre votre audience !

Répétez plusieurs fois le même message : en temps normal, il faut qu’un message soit répété 7 fois pour être mémorisé… alors imaginez un message nouveau, dans une langue étrangère, délivré au milieu de 20 autres messages…

Sélectionnez avec soin ses exemples, anecdotes et illustrations : vous êtes fan de hockey sur glace, tant mieux pour vous… mais dîtes-vous que dans certains pays, ce sport est complètement inconnu ! Donc attention à vos exemples… idem pour vos références – programmes TV, films… et blagues ! L’humour est à manier avec parcimonie dans un contexte interculturel… car il n’est pas toujours compris !  Attention à ce que vos interlocuteurs ne rient pas jaune… Enfin, méfiez-vous également des expressions idiomatiques… très difficiles à traduire !

« Provoquer » les questions et les réactions : une réunion commerciale sans question ou objection est signe de danger… 2 cas de figure : ou votre interlocuteur n’a aucun intérêt pour votre offre, ou il a tellement de questions qu’il ne sait pas par où commencer et a peur de perdre la face. Donc faîtes des pauses régulières au cours de votre présentation, et ‘ouvrez la boîte à questions’… dans certaines cultures il est très mal vu d’interrompre, donc laissez suffisamment de temps à votre audience. Si toujours rien, ne ‘poussez’ pas trop à la décision, proposez un temps de réflexion.

 

Accepter les différences

Vendre à l'international - Accepter les differences - Le grand blog de la vente

 

Ce dernier conseil est peut-être le plus important. Il est essentiel de ne pas juger… toutes les cultures sont différentes, mais elles ont leurs richesses, leurs qualités et leurs défauts… pour y arriver, vous devez accepter les différences de votre interlocuteur, essayer de les comprendre au mieux, de les anticiper quand c’est possible et de les intégrer à votre relation de travail avec lui (par exemple si vous savez qu’un de vos contacts est systématiquement en retard, donnez-lui une deadline anticipée… sans lui dire qu’elle l’est !). Montrez votre bonne volonté en apprenant quelques mots de la langue de votre interlocuteur et en les utilisant… Mais attention il faut savoir aussi rester ferme… vous acceptez la culture de votre interlocuteur, il doit accepter la vôtre !

 

Voilà, j’espère que cet article vous sera utile si vous préparez votre premier voyage d’affaires à l’international.

Mais si vous êtes déjà un vieux routier du business mondial, vous avez sans doute des anecdotes ‘lost in translation’ à nous raconter ?? N’hésitez pas à les partager avec nous !!

 

Bon business à tous !

Have a great business!

viel Gl̈ück im Geschftsleben!

Spor in afaceri !

すべてのグッドビジネス

良好的业务为所有

© Halifax Consulting

commenter cet article

commenter cet article :
  • *Champs obligatoires

2 Commentaires

Le 13 avril 2014 à 14:02

Bravo pour cet article!
J’ai travaillé de nombreuses années dans un groupe japonais et effectivement l’interculturel se vivait au quotidien!
Émilie

Le 10 juin 2014 à 17:49

Très bon article! En tant que professionnelle de la traduction je trouve qu’il est en effet indispensable de remettre la « culture commerciale » à sa juste place. Le commerce international n’est pas simplement du commerce dans une autre langue. Il faut adapter son discours, ses supports, ainsi que la conception même des relations commerciales. De la même manière qu’une traduction simple ne suffit pas -il faut « localiser », dit-on dans notre jargon-, une transposition commerciale ne suffit pas. Il faut se renseigner, travailler, s’imprégner et intégrer les codes culturels du pays où l’on souhaite vendre…
Merci encore pour votre blog, toujours très intéressant!

X
Cet article vous a plu? Partagez le!
Vendre à l'international Le grand blog de la vente
http://www.legrandblogdelavente.com/