Comment devenir un bon commercial

Nicolas Caron

Publié : 23 février 2013
Par :

62 commentaires

 

Un bon commercial raconte-t-il toujours des salades

Encore aujourd’hui, il est communément admis qu’il n’est pas nécessaire d’avoir fait de bonnes études pour être un bon vendeur.

Certains vous diront même, qu’il est dommage d’avoir fait de bonnes études pour « finir » vendeur. D’autres encore prétendront, qu’un bon vendeur le sera facilement dans tous les secteurs, bref qu’il suffit de savoir raconter des salades…

Mais bon, ne nous vexons pas… Les choses évoluent quand même ne serait-ce qu’en raison de la complexité croissante du business qui  impose maintenant de considérer que la vente  est un vrai métier, et qu’un  peu de « tchatche» et un bon package d’incitations financières ne suffisent pour performer dans ce métier.

Pour illustrer cette évolution et les exigences du métier de vendeur, je vous propose de vous livrer  la réponse que j’ai faite à un jeune vendeur qui me sollicitait sur ce thème….

 

Comment devenir un bon commercial - le grand blog de la vente


En fait, c’est à l’occasion d’une récente intervention auprès d’une équipe de « chasseurs » de business de haut vol que j’ai rencontré ce jeune commercial qui m’a demandé de lui consacrer un peu plus de temps, en tête à tête, à l’issue de la journée. Il voulait me poser une question, m’avait-il dit…

  • A votre avis, est-ce que je peux vraiment devenir un bon commercial ?
  • Dites-moi, quelles sont les caractéristiques des meilleurs vendeurs que vous ayez rencontrés ?

Je ne sais pas si c’est une des caractéristiques clé des meilleurs, mais je constatais déjà que ce spécimen qui m’avait annoncé une question commençait par m’en poser deux…  Mais au fond de moi, je souriais car les meilleurs vendeurs que j’ai pu rencontrer m’ont souvent fait ce coup là … à commencer par le patron de ce jeune vendeur que j’ai souvent eu en formation et qui me demandait systématiquement « du rabe »…. Comme quoi les chiens n’embauchent pas des chats.

Évidemment ces questions sont difficiles, mais bon je ne pouvais pas me défiler… Voilà donc ce que je lui ai répondu : les meilleurs vendeurs que j’ai rencontrés ont au moins 3 caractéristiques communes :

  1. Un état d’esprit positif
  2. Une maîtrise professionnelle des méthodes commerciales
  3. Un patrimoine commercial soigneusement entretenu

 

Un état d’esprit positif

Comment devenir un bon commercial-un état d'esprit positif - le grand blog de la vente

Je vous vois déjà faire la même tête que mon jeune interlocuteur… Un état d’esprit positif ?… Mais encore… Un peu vague tout ça ! J‘ai donc du préciser mon point de vue : Un état d’esprit adapté à la réussite commerciale est composé d’au moins 3 ingrédients : de l’optimisme, de la fierté, de la volonté.

 

De l’optimisme

Les meilleurs vendeurs savent qu’ils vont réussir.

Ils « savent » aussi que leurs échecs sont temporaires, situationnels et qu’ils n’ont rien d’absolu de définitif.  Martin Seligman, le plus grand spécialiste de la psychologie positive le décrit bien dans son ouvrage La force de l’optimisme. Par exemple il y décrit une expérience aujourd’hui célèbre qui a consisté à modifier les critères de recrutement d’une grande compagnie d’assurance pour faire une place plus importante à l’optimisme. (ceci est mesuré par ce qu’on appelle les critère explicatifs, c’est-à-dire la façon dont les gens traitent, classent, expliquent les évènements qu’ils vivent). Les tests ont révélé que les agents d’assurance qui possédaient un style explicatif optimiste vendaient 37 % plus d’assurance que ceux qui avaient un style pessimiste, et que les plus positifs plaçaient 88 % de contrats supplémentaires par rapport aux plus négatifs. En outre, les agents qui étaient plus optimistes étaient deux fois moins susceptibles de démissionner que leurs collègues qui voyaient tout en noir. La compagnie décida de constituer une force spéciale d’employés recrutés uniquement sur la base du style explicatif optimiste. Et cela se révéla payant. L’année suivante, ces agents dépassèrent en nombre de ventes leurs homologues de 21 % et de 57 % la deuxième année.

 

De la fierté

Bien sûr il y a sans doute des exceptions, mais les meilleurs vendeurs que j’ai pu rencontrer étaient rarement « en dedans ». Non seulement, ils n’étaient pas « en dedans » mais ils étaient aussi un peu agaçants, limite arrogants diront certains. Alors évidemment ça énerve toujours un peu…

D’abord, ce sont des gens qui ont un goût affirmé pour la compétition, pour le jeu, pour la « gagne ». Tout ceci peut paraître puéril, trivial, primaire, surtout aux yeux des autres… Par exemple aux yeux de leurs collègues qui ne vendent pas autant qu’eux, ou de leurs managers qui se demandent comment « gérer » de tels numéros…

Ensuite, ils sont fiers de leur différence. La leur et celle de leur offre, de leur entreprise. Je m’étais déjà attaqué au mythe de l’humilité dans un article précédent. Je maintiens mon point de vue. Aujourd’hui plus que jamais, les meilleurs vendeurs sont ceux qui laissent des traces, pas les « gentils faire valoir » qui pensent que poser les bonnes questions, caresser dans le sens du poil et « supplier » le droit d’envoyer une offre commerciale est le meilleur chemin pour faire du business… Ils laissent ce genre de stratégie aux apôtres de l’humilité et de la boite à cirage. Je sais qu’en écrivant cela je peux choquer. Mais je vous assure que les meilleurs vendeurs que je connais, ne laissent pas indifférents. Ils laissent des traces. Parfois ils énervent même leurs clients, mais ils vendent ! Ils vendent plus et mieux que beaucoup d’autres.

 

De la volonté

Même s’ils n’en n’ont pas l’air, les meilleurs vendeurs sont aussi des gros bosseurs. Ce sont des CANARDS ! Pardon ? Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? La prochaine fois que vous regarderez un canard sur un étang, observez-le bien. Vous verrez qu’il n’a pas l’air de fatiguer, il a même l’air d’avoir le sourire, en tout cas il n’a pas l’air de forcer… Même s’il palme avec vigueur, ceci ne se voit pas. Les pattes sont sous l’eau, elles travaillent dur, mais vous, vous ne voyez que le sourire du canard qui a l’air d’avancer tout seul… Eh bien les vendeurs-canards dont je parle ce sont ceux qui « palment » sans qu’on le sache, sans s’en plaindre, sans qu’on ait à leur demander…. Derrière leur « fierté » qui énerve un peu, derrière leur assurance, il y a du « lourd ». Ils ne sont pas avares dans leurs efforts pour être « pro », pour connaître leur offre sur le bout des doigts, mais aussi les grandes tendances du marché, les enjeux clients, les offres concurrentes etc… Bref ils bossent beaucoup. Ce sont des canards! Ils ont le sourire mais ils n’ont de cesse de faire grandir leur « zone de confort ». Ils cherchent à apprendre. Je le vois bien, ce sont souvent les meilleurs qui sollicitent le plus les consultants d’Halifax qui viennent les challenger. C’est le paradoxe de l’apparente arrogance. Je la ramène, je brille, je fais le malin mais j’assure parce que lorsque mon public n’est pas là, je bosse plus que personne….

 


Une maîtrise professionnelle des méthodes commerciales

Comment devenir un bon commercial - maîtrise professionnelle des méthodes

 

Les meilleurs vendeurs ont compris que la vente est un vrai métier et ne tombent pas dans les raccourcis évoqués en début d’article.

Ils ont compris que c’est un métier qui se complexifie et que comme dans toute autre discipline, il est indispensable de maîtriser les fondamentaux pour développer régulièrement des expertises.

Par exemple, le jeune « canard » qui est venu me poser les questions évoquées en début d’article, est venu avec la synthèse personnelle qu’il avait faite d’un stage précédent. Il voulait juste (c’était sa 3ème question…) que je la valide, pour être sûr qu’il avait bien sélectionné les idées clés… On me demande cela de temps en temps, mais pas souvent, je vous le garantis.

Je suis formel sur ce point. Les meilleurs vendeurs que j’ai pu rencontrer sont des gens qui cherchent constamment à renforcer leurs méthodes, leurs process, toujours avides de progrès. Tiens, laissez-moi vous parler d’un autre canard… Celui-là s’appelle Guillaume. Il m’avait inspiré le préambule de la 3ème édition de Vendre aux clients difficiles.

Ma première rencontre avec ce personnage remonte à plus de 15 ans. A l’époque ce jeune commercial travaillait dans une banque à réseau très classique. Ce qui m’avait frappé à l’époque au-delà des capacités commerciales évidentes de l’individu était l’énergie incroyable qu’il développait dans sa quête de progrès. D’une part il ne cessa de me solliciter pendant toute la durée du séminaire que j’animais pour cette entreprise. D’autre part, je découvrais avec le groupe suivant qu’il avait rédigé lui-même le document de synthèse du séminaire, à l’attention de ses collègues et futurs participants, afin que ces derniers puissent s’assurer qu’il avait bien tout consigné par écrit…Évidemment, avec une telle volonté de progresser, je ne vous étonnerai pas en vous disant que 15 ans plus tard, Guillaume a considérablement évolué et a aujourd’hui de très importantes responsabilités commerciales dans une des plus grandes maisons de gestion de patrimoine de la place.

Longtemps après notre dernière rencontre, je retrouve donc la trace de ce commercial de choc et l’invite à déjeuner. A votre avis quelle fut notre sujet de discussion ? Autour de quoi tournèrent ses questions ? Sur les nouveautés en matière de techniques de vente bien sûr. Alors même que j’avais en face de moi un des meilleurs vendeurs que je n’ai jamais rencontré, sa préoccupation était encore et toujours de savoir s’il pouvait encore faire mieux, si de nouveaux concepts pourraient l’aider à encore progresser dans son métier!…

Autre exemple. Une très grande entreprise vient de solliciter Halifax Consulting pour aider son équipe de vendeurs grands comptes (KAM). Il s’agit d’un plan de développement des compétences commerciales ambitieux, en tous cas à la hauteur des enjeux business de l’entreprise. Nous avons donc bâti un mini référentiel de compétences commerciales à maîtriser par cette équipe. Ceci nous servira de base pour faire un état des lieux initial et mesurer les progrès au fil de la mission. En l’occurrence, nous avons sélectionné avec le client 66 items, répartis en 6 grandes familles de compétences dans la performance commerciale. Je vous assure que nous n’avons pas créé des items pour rien ou pour la beauté de l’exercice. Chaque item correspond réellement à des compétences clés pour celui qui veut exercer ce métier à un haut niveau.

 

Une capacité à développer son patrimoine commercial

 Comment devenir un bon commercial - développer sont patrimoine commercial

  • Depuis que vous avez débuté votre carrière commerciale, avec combien de personnes influentes pour votre business êtes-vous entré en contact ? Toutes ces personnes font-elles toujours partie de votre réseau aujourd’hui ? Le regrettez-vous ?
  • Depuis le début de l’année combien de personnes de votre réseau vous ont appelé spontanément pour vous transmettre une piste de business ? Combien de fois avez-vous eu « la chance » de rencontrer quelqu’un avec qui vous pouvez développer un nouveau courant d’affaire ?
  • D’ici la fin de l’année, comment aura évolué votre patrimoine commercial ? Combien de nouveaux « membres » compterez-vous dans votre réseau ? Combien vaudra pour vous cet actif ? Combien d’affaires nouvelles aurez-vous gagné grâce à votre réseau ?

 

Les meilleurs canards, pardon, les meilleurs vendeurs que je connais attachent le plus grand soin à ce qui fait l’actif d’un commercial : son réseau. Si vous souhaitez faire de plus en plus de business avec de moins en moins d’efforts, alors débrouillez-vous pour moins avoir à vendre…et davantage être acheté par vos clients. Ceci n’est pas donné à tout le monde, mais ceux qui y parviennent font vraiment la différence. Vous voulez un exemple ?

 

Voilà l’exemple d’un de nos clients. Nous resterons discrets sur le secteur volontairement.

Ce manager nouvellement en poste au sein d’une grande SSII française prend la responsabilité d’une équipe commerciale dédiée à un secteur d’activité industriel précis. Sa prise en main se passe bien, sauf avec un excellent commercial, assez expérimenté qui a du mal à voir la valeur ajoutée de son nouveau boss… Ce dernier lui propose alors de venir avec lui au salon mondial de l’industrie sur laquelle cette équipe s’est spécialisée et qui se déroule dans une capitale européenne. Le commercial est un peu surpris, surtout lorsqu’il apprend que l’objet du voyage est d’aller voir sur place les décideurs des principaux grands comptes de la profession. « Je les connais déjà tous » se permet-il même de dire à son nouveau patron. Peu importe, les billets sont pris, les chambres réservées, et notre binôme décolle. Au petit déjeuner du premier jour la leçon commence… Le Directeur Commercial lui dit alors : Tu me dis que tu connais tout le monde chez les grands comptes. Ce que je vois dans tes revues d’affaires c’est que tu ne connais personne parmi ceux qui comptent vraiment…Donc maintenant, on va aller s’assoir dans le hall de l’hôtel et tu vas voir ce que j’attends de toi à l’avenir. Ils prirent position dans le hall de l’hôtel, et devant les yeux ébahis du commercial, ce sont les DG et PDG des plus grandes entreprises du secteur qui vinrent successivement saluer chaleureusement son Directeur Commercial, en lui demandant tous, les uns après les autres de venir lui présenter urgemment comment continuer à travailler ensemble après son changement d’entreprise… Ce manager, qui est quelqu’un que nous apprécions beaucoup (et qui se reconnaîtra) n’avait certainement pas pour objectif d’humilier son commercial un peu trop sûr de lui. Il s’agissait juste de demander à celui qui jusqu’à présent avait les meilleurs résultats, de reconsidérer son niveau d’ambition quant au niveau de ses contacts et au niveau de proximité qu’il entretient avec chacun d’eux….

 

Voilà une bonne illustration de ce qu’est le patrimoine commercial d’un vendeur. Gageons que le patrimoine commercial du manager cité dans l’exemple précédent a une certaine valeur. C’est pour cette raison que nous n’hésitons pas à parler d’actif du commercial. L’actif du commercial, c’est son capital relationnel, c’est-à-dire l’ensemble des connexions issues des réseaux de relations personnelles et professionnelles. Cela aussi ça se travaille. Et si vous vous demandez comment, les équipes de consultants passionnés de votre serviteur se feront un plaisir de vous y aider…


Voilà, maintenant vous savez ce que j’ai répondu à ce jeune canard qui lira sans doute cet article en se reconnaissant.

 Comment devenir un bon commercial - faire le canard - le grand blog de la vente

 

  • Donc la réponse à sa 1ère question est « oui, je suis certain que tu vas réussir dans ce métier»
  • La réponse à sa 2ème question est « État d’esprit positif, méthodes de pro, et patrimoine commercial »
  • La réponse à la question qu’il ne m’a pas posée est « oui, j’accepte que tu m’invites à déjeuner quand tu auras dépassé tes objectifs. Sait-on jamais, je pourrais peut être avoir quelques questions à te poser à mon tour… » et d’ici-là tu peux aussi lire « Lève-toi et vends » même si je sais que toi, tu t’es déjà levé…

 

Allez bon business à tous ! (coin coin!)

Nicolas Caron

 © Halifax Consulting

 

commenter cet article

commenter cet article :
  • *Champs obligatoires

62 Commentaires

Le 1 mars 2013 à 10:43
Carloline Le Goff a dit :

J’ai adoré cet article, comme souvent..
Il est bon de voir que les cannards peuvent être démasqués ! J’espère être une bonne vendeuse, et toujours progresser. J’ai le sentiment que vos articles me font progresser, et ils me donnent le sourire en prime, c’est parfait, merci à vous !

Caroline

Le 1 mars 2013 à 16:25

Merci Caroline (coin coin)

Le 2 mars 2013 à 14:13
Boivin a dit :

J’ai eu la chance moi-même de manager un canard 😉
Un étudiant en école de commerce en contrat d’apprentissage
Maintenant il vole de ses propres ailes pour mon plus grand plaisir
Merci pour vos articles c’est toujours le même plaisir…
À bientôt
Céline

Le 2 mars 2013 à 15:32
AGOSSA a dit :

J’ai adoré, comme souvent d’ailleurs votre article. vive les coin coin !

Le 3 mars 2013 à 19:55

Bonjour Céline
Je crois que je le connais aussi, non?

Le 9 mars 2013 à 10:14

Merci Nicolas pour ce portrait robot du parfait commercial.
Que fait-on quand on est au stade du vilain petit canard ?

Le 9 mars 2013 à 10:16

On suit un canard de compétition et on l’imite…

Le 16 mars 2013 à 13:12
Okba a dit :

Coin coin Nicolas !
Je viens de lire votre article et j’ai beaucoup apprécié. Désormais j’ai des repères.
Moi qui pensait que les canards se la coulent douce!

Le 16 mars 2013 à 13:14

Coin Coin Okba !

Le 18 avril 2013 à 21:40
Irae a dit :

Comme souvent je trouve une parfaite adequation avec ce que je peux vivre au quotidien, meme si parfois ca peux me deranger dans mon conford de certitudes.

Question : mais comment se positionner quand ce n est plus d un Homme « canard » dont on parle mais d une agence ?…une agence « canard » en qq sorte…comment se positionner face a une hierarchie qui devant la crise ne sait que multiplier les process et se repli sur son parc client ?

Une agence « canard » peut elle exister ou sein d un groupe que l on cherche a formater ?

Le 18 avril 2013 à 22:39

@irae
C’est sûr qu’il y a des chasseurs de canards, des prédateurs, qui poussent les canards à changer d’étang… et à aller faire le bonheur d’éleveurs plus perspicaces…
Bon courage et bon vol…

Le 19 avril 2013 à 0:23
Semidei a dit :

Merci pour ces conseils cela me permet de faire avancer mes canards .

Le 30 mai 2013 à 20:00

Merci Nicolas pour cet excellent article. J’aime beaucoup l’image du canard.
« La réussite, c’est d’abord et surtout d’être au travail quand les autres vont à la pêche. »…aux canards 🙂
de Philippe Bouvard

Cordialement,
Raphael

Le 30 mai 2013 à 20:03

[…] les meilleurs vendeurs ont au moins 3 caractéristiques communes :un état d’esprit, une maîtrise professionnelle des méthodes commerciales, un patrimoine commercial soigneusement entretenu.  […]

Le 31 mai 2013 à 13:12
dagrou a dit :

vraiment je trouve ce article génial

Le 16 juin 2013 à 19:34

[…] les meilleurs vendeurs ont au moins 3 caractéristiques communes :un état d’esprit, une maîtrise professionnelle des méthodes commerciales, un patrimoine commercial soigneusement entretenu.  […]

Le 26 juin 2013 à 13:09
David a dit :

Merci beaucoup pour cet article, très intéressant et bien écrit.
Je cherchais des infos pour une reconversion dans ce corps de métier, et cet article me confirme qu’un bon commercial n’est pas qu’un beau parleur, il a aussi de la théorie, et c’est une sorte de « performer ».

Je vais fouiller un peu ce site, que j’ai déjà mis dans mes favoris 🙂

Le 16 juillet 2013 à 13:46
Hervé ALBENQUE a dit :

Je savais bien que j’avais déjà lu cela quelque part !

Vous pouvez retrouver celui ci et de nombreux autres dans « Le grand livre de la vente » qui est un très bonne base pour découvrir le métier de commercial, également préparé par les Consultants de Halifax.

Hervé

Le 28 août 2013 à 9:51

félicitations pour vos remarques, je continue ma visite sur votre blog 🙂 il y a tellement de choses à apprendre 🙂

Le 29 août 2013 à 18:38
Jawad a dit :

Merci pour l’article!
Je pense que le networking professionnel est un patrimoine important pour n’importe quel vendeur voulant réussir à haut niveau dans différents types d’affaires.
Toutefois, la formation continue et la quête de l’excellence est aussi un bon ingrédient pour devenir un bon canard! (Vendeur)
À bientôt.

Le 3 octobre 2013 à 14:33
MARTINE a dit :

Merci pour cet article. Aujourd’hui, je suis en dehors de la mare, mais j’ai quand même un produit à vendre: MOI!!!
Alors, merci pour ces conseils et à bientôt.
Martine

Le 3 octobre 2013 à 23:18
magnier gregory a dit :

merci pour l’article
pour moi le meilleur commercial qui soit, c’est celui qui est plus connu que la societée pour laquelle il travaille

Le 16 octobre 2013 à 13:51
wadiomate a dit :

merci pour ce document

Le 31 octobre 2013 à 18:09
ATTEBI DESIRE FABRICE a dit :

salut Nicolas je suis stagiaire dans une entreprise concessionnaire d’un pont à péage qui sera construit ici en Afrique.Et mon rôle sera de prospecter afin que ce pont (qui est pour la population le seul raccourcis et un bon moyen d’économie de carburant) soit emprunté par un bon nombre de véhicules.C’est ma première fois d’entrée dans le monde professionnel.Merci

Le 26 novembre 2013 à 19:42
Mickael a dit :

J’ai adoré cet article, il m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses. merci

Le 4 décembre 2013 à 9:43
kimoto ketura milca a dit :

super,motivant,et vraiment encourageant vos article je suis persuader que je serait un bon commercial car je me vw deja très prète pour affronté ma carrière et c est claire, merci infinement

ketura

Le 25 décembre 2013 à 14:23
fati a dit :

Merci pour cet article!
Je viens de commencer ma carrière comme commercial je le trouve bien.

Le 26 février 2014 à 11:17

Merci pour ce cours j’ai appris beaucoup et surtout le fait d’avoir un patrimoine commercial est très important.

Le 26 février 2014 à 22:08
YANDJA BABETTE a dit :

Bonsoir,
Merci pour cet article que j’ai trouvé très intéressant. Mon patron qui croit beaucoup en moi vient de me confier le poste le plus intéressant de mon show room, Celui de Commercial.
Je vous avoué que je ne suis pas très positive, de plus j’ai très peur de décevoir et de prendre des risques. Votre article me permet de comprendre pour quoi mon Boss à décider de me confier se poste tant convoité par mes collégues. J’ai désormais plus d’assurance et je vais mettre en pratique vos conseils.
Merci

Le 6 mars 2014 à 22:31
magassouba mory a dit :

tres bon conseil , je me reconnais parfaitement bien dans cet article

Le 6 mai 2014 à 6:21
Jules-christ a dit :

Merci pour les Conseils; desormait je sait comment deveni un bon petit Canard. Coin coin coin Nicolas

Le 18 juin 2014 à 17:22
Pauline a dit :

C’est vrai que l’état d’esprit compte beaucoup pour pouvoir faire ce métier! Quand on est optimiste, déterminé, et le résultat obtenu ne sera sûrement pas le même qu’en étant grincheux et pressé d’en finir … Vive les vendeurs-canards quoi lol

Le 15 septembre 2014 à 18:39
mohamed bouchane a dit :

Article trés intéressant, merci

Le 17 septembre 2014 à 14:06
tozzi a dit :

bonjour après lecture je suis vraiment un excellent commercial.

pouvez vous répondre a une question svp je souhaiterai savoir comment pouvoir trouver le repos commercial?

Sans parler de sommeil ou de vacance je vous donne un exemple je bosse très dur j ai des résultat qui frise la perfection sans jamais forcer sauf que parfois le moral est a zéro et tout se remet en question y a t il une solution pour ne jamais s enrayer ?

Cordialement

Le 3 octobre 2014 à 22:56

Apres avoir lu cet article, je renforce mes capacities et maintenant je suis devenu un commercial tres important dans ma communauté.

Le 4 octobre 2014 à 9:46

@estinfort mikenson
Merci pour votre commentaire et bravo pour votre progression

Le 4 octobre 2014 à 11:00
VITTMAN a dit :

Bon article mais un peu limitatif tout même sur le patrimoine commercial ! Sur 100 commerciaux combien ont ce fameux patrimoine ? Sans oublié les commerciaux qui travaillent sur des produits verticalisés ou des niches métiers !

Un bon commercial doit maitriser les techniques de vente, bien connaitre son offre produits services et surtout s’intéresser à son client.

Combien de commerciaux j’ai vu brancher la prise, rentrer dans la fameuse « Démo » ou présentation sans essayer de comprendre ce qui bousculera son client vers l’achat.

Je suis d’accord avec le fait qu’il faut que le client achète notre produit et non qu’on essaye de le vendre !

Pour conclure, un bon commercial pour moi est une personne capable d’être performant en étant capable de repartir à zéro ! Peu de commerciaux en sont capables…

Le 29 octobre 2014 à 13:02
nomel a dit :

j ai lu et j ai bien aime votre article vous avez bien ettaye le sujet avec des explications bien définies

Le 15 janvier 2015 à 17:56
mirabelle a dit :

coin coin! nicolas caron.je viens de découvrvir votre blog et cet article m’a donné gout pour ce metier qui me semble tres difficile.je suis en afrique dans une entreprise a caractere commerciale;Je n’est pas de formation académique dans ce métier.Mais toutefois je me forme dans le tas.je pense que vos conseils sur ce blog m’aideront a constituer un patrimoine commercial.MERCI pour cet article.COIN COIN!!

Le 15 janvier 2015 à 18:10

Merci Mirabelle
Coin Coin

Le 30 janvier 2015 à 15:04
myquotes a dit :

Sympa l’article j’ai appris 2,3 kk , mais c’est dommage qu’il faut toujours parler des entreprises richissimes pour comparer une réussite, alors que la majorité d’entres elles sont sur pied depuis des années. Un bon vendeur ne doit pas forcement se trouver dans une grande entreprise, comme un bon prof peut l’être sans l’être dans une université;

Le 5 février 2015 à 0:20
Plancher a dit :

Je suis tres heureux de lire avec attention et comprehension cet article

Je voudrais avoir toujours vos formations, vos conseils parce que le commerce c’est ma preference et je voudrais faire partir du monde commercial tres bientot et voudrais etre un entrepreneur enseignez-le moi comment à le devenir

Merci
Plancher

Le 19 février 2015 à 11:54

Bravo pour cet article, bien qu’il date un peu, il est toujours d’actualité !

Le 6 mars 2015 à 15:30
lemaitre a dit :

tout à fait d’accord mais aussi à l’entrprise de respecter ses engagements en délai de livraison ,ou trop d’erreurs en préparation commande d’une assistante acariâte car le commercial n’est pas les seul acteur de tout un processus qui en suit à la vente ,
J’ai eu un cas ou j’ai acheté une voiture commercial très pro (on gagne du temps je lui ai donné mon budget)sauf petit problême la télécommande était défectueuse avec promesse de me l’échanger résultat il a été très bon je suis reparti après 6 mois sans télécommande car faché car victime du foutage de gueule il m’ a présenté au moins 3 télécommandes qui n’étaient pas les bonnes mais lui et sa boite de me.. ne sont pas prêts de me revoir.

Le 19 mars 2015 à 18:44
gea a dit :

Très très intéressant toutes ces explications et très boostant….merci
Je viens d attaquer dans ce domaine qui n’est pas mon domaine de prédilection mais j’y met toute mon energie, et pour l’instant je n’arrive pas à conclure, bien sûrj’ai conscience que cela fait trèspeu de temps que j’Ai attaqué

Le 1 avril 2015 à 17:32

Bravo M. Caron pour cet article. Il est vrai que l’envie et la pugnacité sont des qualités clés chez un commercial, d’autant plus dans la période actuelle. Pour un prospect, rencontrer quelqu’un de frais et d’enjouer sera nécessairement plus « porteur »… Bien sûr viennent ensuite une écoute active et une réponse pertinente aux besoins du prospect, avec un vrai apport de valeur ajoutée. Au final, c’est ça qui fait la différence !

Le 7 avril 2015 à 14:08
Baudiffier De Saint-Elme Vincent-Alexandre a dit :

Très constructif. Léger, agréable à lire, de bon exemples.
Un jeune canard qui travail sur son travail au travail.

Le 27 mai 2015 à 13:43
AGBAYAZON a dit :

Un bon vendeur doit avoir 3 caractéristiques ci-dessus cités.
Qu’ils soient donc exploité par tout un chacun de nous commercial afin que nous augmentons les chiffres de l’entreprise.
Merci à vous

Le 6 octobre 2015 à 15:31

je suis un directeur général adjoint dans une entreprise de publicité dans mon pays la COTE D’IVOIRE situé en AFRIQUE de l’ouest mais a cause de mon relationnel que j’ai dans mon pays mon DG m’a encore nommé DIRECTEUR COMMERCIAL ET MARKETING .j’ai lu votre article et j’ai vraiment adoré, en plus de ce que j’ai appris, je voudrais savoir : comment approche ton un client pour la première fois je précise que c’est un client que vous n’avez jamais croisé ni vu
merci de me répondre georges koffi

Le 7 octobre 2015 à 11:04

@Georges
Bravo pour votre promotion
Quelques premiers éléments de réponse ici : http://bit.ly/1VEmlNC
Ensuite vous pouvez venir ici : http://bit.ly/1KZkcsQ
Et si vous voulez un peu de lecture, la bible est ici : http://bit.ly/1M1wst9

Coin coin… :-))

X
Cet article vous a plu? Partagez le!
Un bon commercial raconte-t-il toujours des salades
http://www.legrandblogdelavente.com/