Améliorer son efficacité commerciale avec les outils du Web2.0

Patrice Poulet

Publié : 6 novembre 2009
Par :

6 commentaires

Les nouveaux outils du web 2.0 sont des sources inépuisables d’amélioration de l’efficacité du commercial dans son métier  et dans sa recherche d’informations pertinentes sur ses prospects et  ses clients.

Aujourd’hui nombreux sont les commerciaux qui ont acquis le réflexe minimum : « je vais voir le site web du prospect et tape le nom du dirigeant sur Google ».

Mais au delà de cela, il existe de nombreuses autres sources d’information facilement accessibles notamment dans les média sociaux. Fred Cavazza en a d’ailleurs fait une belle cartographie.

d'après Fred Cavazza

Alors évidemment devant un tel foisonnement, on peut se demander par quoi commencer.

4 étapes pour récolter facilement et régulièrement les informations utiles

Première étape: Se créer son portail agrégateur personnel

Le concept des portails agrégateurs de contenus et de services est né dans les années 2000 (Mediapps en France et en Europe et Plumtree aux US). C’est désormais un type de service très connu, classique et courant de tout bon utilisateur d’internet.

Deux outils parmi d’autres :

  • iGoogle,  de qui vous savez
  • NetVibes, start-up désormais californienne (vous pouvez jouer la différence …).

Dans les deux cas le principe est le même : vous pouvez construire une page d’accueil personnalisée qui contient les « widgets » ou « gadgets » ou « composants élémentaires » : messagerie d’entreprise ou personnelle, agenda, partageable ou pas, gestion de tâches, mais aussi pages jaunes,  météo, fils d’informations, cours de bourse, horaires de train ou d’avions, itinéraires,…

Vous avez alors à votre disposition en un seul endroit, de manière automatique et continuellement à jour, l’ensemble des informations et des services indispensables à votre métier.

Voilà par exemple à quoi cela ressemble :

Avec Google:

google

Avec netvibes:

agregateur

Deuxième étape: Se créer ses fils d’infos (flux RSS)

Les flux RSS ont permis de normer l’information et de pouvoir la capturer suivant des standards communs à chaque auteur.

Wikio permet par exemple de créer des fils d’infos RSS verticaux, par domaine, par marché, par société, par personnalité et de les intégrer directement dans son navigateur ou à l’aide d’un outil comme Google Reader, mais aussi directement sur son Smartphone, un iPhone bien sûr. Un exemple

Troisième étape: Prendre le réflexe de vraiment s’informer sur ses prospects

Difficile de se cacher sur internet désormais.

Plusieurs outils vous rendront un bien bon service en vous disant tout, ou presque, sur la personne que vous allez rencontrer, 123people par exemple.

123 people

On en savoir encore un peu plus sur le parcours professionnel de son prochain interlocuteur  avec LinkedIn,  la référence des réseaux sociaux professionnels et avec Viadeo qui est  plus »local.

linkedin

Ces réseaux sociaux professionnels vont m’aider à utiliser mon réseau pour pouvoir m’introduire auprès d’une connaissance de niveau 2 ou 3 d’un de mes contacts de niveau 1, et ainsi de suite…Mais pas seulement. Les groupes d’intérêts sont en plus une mine inépuisable d’informations sur un métier, un marché…Il ne faut pas hésiter à s’inscrire et s’abonner à ces groupes d’intérêt.   Pour résumer tout cela, une belle vidéo (pour les anglophones…) : how and why to use LinkedIn

Si vous voulez aller plus loin sur la « découverte » de votre prospect, vous pouvez aussi aller sur Facebook.  Pas besoin de beaucoup commenter, mais facebook est un outil « redoutable » pour découvrir les centres d’intérêt, les sujets sur lesquels les gens communiquent, comment ils communiquent, quels sont leurs amis…là aussi, une mine de renseignements utiles et pas seulement futiles.

facebook

Quatrième Étape : Prendre le temps pour aller plus loin

Et si votre culture du web est encore balbutiante, si voulez savoir comment mettre en ligne un blog, créer un profil sur facebook, créer un podcast, mieux gérer votre compte twitter, le site videojug possèdent des milliers de vidéos qui répondent au « how to » sur tous les sujets les plus utiles ou délirants de la vie professionnelle ou personnelle. Par exemple :

videojug

J’adore aussi  le service wordle qui permet de créer en ligne un nuage de tags (de mots) à partir d’un texte ou d’une adresse web (si le site possède un flux rss). Ceci permet de représenter graphiquement les occurrences de mots clés et de mieux détecter la vision ou la stratégie d’une entreprise ou d’un individu et de mieux rentrer dans son filtre lors d’une rencontre ultérieure.

Par exemple, si je dois avoir un rendez-vous avec la société Halifax, une analyse de son blog me donnera :

cloud

Et évidemment, je ne peux pas terminer cet article sans parler de twitter

Twitter commence lui aussi à être un outil de veille redoutable pour les entreprises et leurs salariés.

On constate d’ailleurs que des grands médias officiels comme Le Monde ou France Info commencent à twitter officiellement.

Le problème est alors de trouver les bonnes infos.

Pour cela, des services comme topspy sorte de google des tweets permet, à partir de mots clés tapés dans une boîte de dialogue, d’agréger les derniers messages postés sur les sujets qui intéressent l’utilisateur. Et pour utiliser topsy, pas besoin d’être un twitter expérimenté.

topsy

Dernière nouveauté de Twitter, le site Twitter Times qui permet (à la wikio) de se construire une revue de presse personnalisée à partir des messages twitter. Il faut toutefois un compte twitter pour l’utiliser. »

Et pour conclure…

En résumé, le web 2.0 va m’aider, bien sûr, dans mon efficacité quotidienne, car je vais pouvoir trouver l’info avec le moindre effort et surveiller mes clients. Le pré-requis c’est vraiment de savoir choisir et utiliser la bonne technologie et les bons outils devant la profusion actuels.

Et demain, qu’aurai-je à ma disposition… ?

Encore plus de données, encore plus de pertinence et de richesse, encore plus d’accessibilité (les capteurs, au sens smartphone par exemple, seront plus faciles, plus interactif, plus accessible, plus utilisables)..

Et en attendant  le web 3.0, qui sera le web sémantique (rich média, recherche universel, indexation), je vous souhaite une bonne optimisation des ressources déjà fabuleuses du web2.0.

Allez, bon business à tous, bonnes ventes, bonne productivité… et bons mash-ups (Une application composite (ou mashup ou encore mash-up) est une application qui combine du contenu ou du service provenant de plusieurs applications plus ou moins hétérogènes.)

Patrice Poulet

commenter cet article

commenter cet article :
  • *Champs obligatoires

6 Commentaires

[…] This post was mentioned on Twitter by Frederic Martin, Rivalis France . Rivalis France said: Améliorer son efficacité commerciale avec les outils du Web2.0 (Le grand blog de la vente) http://bit.ly/2hw5It (via @florianbro) […]

Le 9 novembre 2009 à 23:06
Anne Laure Frossard a dit :

Hello Patrice,
C’est super clair et vraiment intéressant. Tellement bien qu’il va falloir que tu le mettes à jour régulièrement pour nous garder up to date sur ces sujets qui se renouvellent sans cesse !

Le 10 novembre 2009 à 0:30

D’accord avec toi Anne Laure
Tellement clair, que j’ai osé me mettre à Twitter moi aussi…
Désormais, je micro-bloguerai aussi sur twitter avec des tweets business, mais aussi golf et vidéos marrantes, celles qu’on ne peut pas toujours passer sur le grand blog de la vente.
ceux qui veulent peuvent me suivre sur:
http://twitter.com/nicolascaron

Le 15 février 2010 à 5:15
Brice a dit :

Très bon article,
d’ailleurs pour compléter cette palette d’outils web, quel serait selon vous l’impact de l’utilisation d’une carte de visite virtuelle du type itsmecard ( http://www.itsmecard.com ) dans la prospection commerciale virtuelle?

Le 15 février 2010 à 18:32

Excellente remarque, l’outil est superbe et tombe en plein dans ce que nous appellons la familiarité en approche client : plus on est familier, plus on est sympathique, et plus on est sympathique, plus le prospect (client) est empathique…

Le 23 août 2012 à 10:27
Yannick Taes a dit :

Aujourd’hui, on peut aller plus loin en faisant de la prospection cross réseau et en suivant les faits et gestes de personnes avec lesquelles on est pas en contact.
Les réseaux sociaux évoluent à une telle vitesse qu’on parle aujourd’hui de « social selling »!
http://www.iko-system.com/fr/2012/04/05/5-tactiques-de-social-selling/

X
Cet article vous a plu? Partagez le!
http://www.legrandblogdelavente.com/